Règlement Intérieur

REGLEMENT INTERIEUR

En signant la fiche d’inscription annuelle, on s’engage à adhérer à l’ensemble du présent règlement. Il est complété par un ensemble de règles appelées « Etiquette » liées à notre discipline.

I – ADHESION

  • Le règlement intégral du montant de la cotisation s’effectue au début de la saison sportive et dans tous les cas avant le 15 septembre. Tout pratiquant qui n’a pas réglé sa cotisation n’est pas assuré en cas d’accident : il lui est donc interdit de monter sur le tatami.

  • Une séance d’essai peut être accordée pour celui qui veut s’essayer à la pratique de l’aïkido. Au-delà de cette séance, la personne doit s’acquitter de la cotisation au tarif en vigueur et remettre le dossier d’inscription complet si elle souhaite poursuivre la pratique de l’aïkido au Club.
  • Le Responsable du dojo peut prononcer l’exclusion définitive et immédiate de tout membre qui aurait manqué aux règles d’éthique relatives à la pratique de la discipline ou qui aurait eu un comportement, une attitude ou des propos déplacés ou dangereux.

II – STAGES & REGROUPEMENTS

  • La participation aux regroupement et/ou stages organisés par le club ou par la fédération est obligatoire. il est impératif d’alerter préalablement le responsable du club en cas d’empêchement justifié.
  • Pour participer aux passages de grades organisé par le club, il faut justifier avoir ‘assister à un stage d’aïkido au minimum.

III – CODE DE CONDUITE  dU PRATIQUANT D’AÏKIDO

L’aïkido n’est pas un sport : il se pratique dans un dojo (lieu où l’on pratique la Voie), qui fonctionne sur la base de règles traditionnelles. Le dojo symbolise le champ de bataille : chaque chose, chaque personne, doit y être à sa juste place. Il n’est certes pas question de transformer le tatami en terrain de combat : ce symbole a pour but de mettre les pratiquants en condition de travail ; sur le tatami, on doit en permanence garder une concentration totale, comme si notre vie en dépendait. Le respect de l’étiquette est indispensable à l’étude de l’aïkido. Cette discipline a, sous peine de disparaître, besoin du cadre traditionnel qui l’a vue naître et se développer.

    CODE DE CONDUITE AU DOJO

  • L’aïkido n’est pas un produit de consommation. La cotisation montre la gratitude et la volonté de participer au fonctionnement du dojo. Le fait de s’être acquitté de la cotisation annuelle n’ouvre aucun droit particulier quant à l’enseignement dispensé par le responsable du dojo.
  • Le dojo n’est pas un lieu où s’expriment les conflits personnels, mais un endroit où l’on trouve la possibilité de travailler de manière constructive afin de se bâtir soi-même. Toute personne troublant la sérénité du dojo sera priée de changer d’attitude ou de s’en aller.
  • Les pratiquants doivent veiller à ce que le dojo soit en permanence propre et sain.
  • Toute forme d’insolence, tout propos ou attitude irrespectueux, dangereux ou déplacé, n’ont pas leur place au sein du dojo.
  • Tout esprit de compétition, contraire à l’esprit de l’aïkido, est interdit sur le tatami. Le but n’est pas de battre un adversaire.
  • Dans toutes les circonstances, on doit veiller à protéger son partenaire et à se protéger soi-même.
  • Le pratiquant doit accepter les conseils du responsable du cours et travailler dans le sens qu’il se voit indiquer. Il n’y a aucune place pour la contestation dans le dojo, bien que le pratiquant soit encouragé à développer sa propre vision de la technique.

    CODE DE CONDUITE SUR LE TATAMI :

  • Lorsque l’on franchit la porte du vestiaire, on oublie les soucis de la vie extérieure : toute l’attention doit être consacrée à la pratique. Dans le contexte martial, une seconde d’absence peut entraîner la mort.
  • Le salut en aïkido n’a aucune connotation d’ordre religieux, c’est une marque de respect, de politesse, de gratitude et d’humilité. On salue en entrant dans le dojo et sur le tatami, et en les quittant.
  • La ponctualité est de rigueur. Le cours doit commencer à l’heure. Si le responsable du dojo est absent, ou en retard, un ancien doit prendre en charge l’entraînement et commencer le cours à l’heure.
  • Le corps est propre. On ne marche pas pieds nus dans les vestiaires. Le cas échéant, verrues et mycoses sont soignées rapidement. Sauf en cas de soins, les chaussettes ne sont pas autorisées. On ne monte pas avec ses chaussures sur le tatami.
  • La tenue de l’aïkidoka est le aïkidogi (vêtement d’aïkido), veste et pantalon, complétés par l’hakama au bout de quelques temps de pratique. Dans tous les cas, le gi est propre, en bon état (non déchiré) et sec.
  • Les bijoux, montres et prothèses, dangereux pour la pratique, sont à laisser au vestiaire.
  • En cas de blessures, il est préférable de se soigner avant de pratiquer de nouveau. Avertir le partenaire et le responsable du cours. Le moindre saignement doit entraîner l’arrêt immédiat de la pratique.

  • Ne jamais s’adosser au mur : la position du corps est maîtrisée, contrôlée à chaque instant à partir du seika tanden. Pour les blessés, la position du lotus, en tailleur, est tolérée. Sinon, on est assis en seiza pour assister aux démonstrations, ou écouter une explication.
  • Les armes sont respectées : on ne marche pas dessus, on ne les enjambe pas, on ne les choque pas, on ne les jette pas. Après leur utilisation, les armes (Bokken, Jo, Tanto) doivent êtres remises à leur place avec soin.

VI – LES COURS D’AÏKIDO POUR ENFANTS :

  • Les enfants sont sous la responsabilité du club uniquement pendant les horaires des cours, dans le Dojo, et en présence du Professeur. Les adhérents mineurs restent sous l’entière responsabilité de leurs parents en dehors des horaires d’entraînement et à l’extérieur du Dojo. Il est donc vivement recommandé aux parents de vérifier que le Professeur est présent, avant de laisser leur enfant.
  • Si les parents ou responsables légaux de l’enfant souhaitent que ce dernier vienne seul et puisse quitter le Dojo sans être accompagné, une décharge de responsabilité sera exigée.
  • Le club n’est en aucun cas responsable des enfants en cas d’absence imprévue ou de retard du professeur.
  • La sortie d’un enfant du Dojo, avant la fin d’un cours, n’est autorisée qu’en présence ou avec l’accord d’un parent, explicité en début de cours auprès du Professeur.
  • Les personnes présentes pendant les cours doivent éviter toute conversation intempestive pouvant perturber le bon déroulement du cours.