Les Grades Dan

Les grades jusqu’au 4ème DAN inclus, correspondent à une progression dans l’Aïkido au plan technique. Cette technique doit être considérée comme une base permettant au pratiquant un développement de toutes ses potentialités. Obtenir un de ces grades est à la portée de tous les candidats doués qui travaillent assidûment et régulièrement pendant une certaine période de temps. Il n’en est pas de même pour les grades au-delà du 5ème DAN, dits grades de « Maîtrise ». (voir « les grades supérieurs)

Premier DAN
SHO est le début, ce qui commence. Le corps commence enfin à répondre aux commandements et à reproduire les formes techniques. On commence à saisir une certaine idée de ce qu’est l’Aikido. Il faut alors s’efforcer de pratiquer ou de démontrer, lentement si nécessaire, mais en s’attachant à la précision et à l’exactitude.
Objectifs :
– Connaissance formelle des techniques

– Reproduction avec précision des formes techniques lentement si nécessaire,

– l’exécution est statique, le mouvement ne commence qu’après la saisie,

– la saisie de UKE est franche et ferme mais neutre. UKE ne doit pas profiter de cette dimension statique et du rythme lent volontairement imposés à ce niveau, pour tenter de rattraper son équilibre et contrer le mouvement (sho dan en Japonais signifie niveau élémentaire). Une telle attitude signifierait son incompréhension de ce qui est en jeu à ce stade.

– Respect de ces trois phases suivantes dans la construction des techniques et ce, sans nuire à la continuité :
* phase initiale de placement,
* phase dynamique de création et conduite du déséquilibre,
* phase terminale où le déséquilibre se transforme en amenée au sol (projection, immobilisation).

– préserver et renforcer l’intégrité physique et mentale :
* unité du corps, centrage, engagement du corps dans le sens de l’action ;
* une attitude juste, une maîtrise et un emploi adéquat du potentiel physique, un rythme adapté entre les mouvements et à l’intérieur du mouvement
* nécessité de conserver son potentiel, sa disponibilité, sa mobilité, sa capacité de réaction et sa vigilance tout au long de la situation;
* nécessité de soutenir une attention et une concentration suffisante par rapport au partenaire.
Deuxième DAN
Au travail du 1er dan on ajoute rapidité et puissance en même temps que l’on démontre une plus grande détermination mentale. Cela s’exprime chez le pratiquant par la sensation d’avoir progressé. Le jury doit ressentir ce progrès en constatant une clarté de la mise en forme et de l’orientation du travail
Objectifs :
– Connaissance formelle des techniques

– travail dynamique, le mouvement commence pendant la saisie et non plus après.

– travail en cercle,

– Rapidité, puissance et fluidité dans la construction des techniques,

– plus grande détermination mentale,

– clarté de la mise en forme et de l’orientation du travail,

– contrôle de la distance avec le partenaire dans toutes les phases du mouvement,

– capacité d’anticipation,

– engagement physique plus important (adapté à l’âge des candidats).

Troisième DAN
C’est le début de la compréhension du kokyu ryoku. L’entrée dans la dimension spirituelle de l’Aikido. La finesse, la précision et l’efficacité technique commencent à se manifester. Il devient alors possible de transmettre ces qualités.
Objectifs :
– maîtrise complète des techniques,

– travail dynamique, le mouvement commence pendant la saisie et non plus après,

– début de la compréhension du kokyu ryoku (coordination de la puissance physique et du rythme respiratoire),

– entrée dans la dimension spirituelle de l’Aïkido,

– finesse, précision et efficacité technique commencent à se manifester,

– capacité à adapter les techniques à toutes les situations,

– Émergence d’une liberté dans l’application des techniques,

– contrôle complet de soi et de ses actes,

– capacité à faire des variations à partir des bases, si nécessaires (adaptabilité) ;

– une disponibilité à tous moments de la prestation ;

– une grande maîtrise du principe d’Irimi (entrée);

– une juste appréciation de ma-aï (contrôle de la distance),

– capacité d’imposer et de maintenir un rythme à l’intérieur du mouvement.
Quatrième DAN
A ce niveau techniquement avancé on commence à entrevoir les principes qui régissent les techniques. Il devient possible de conduire plus précisément les pratiquants sur la voie tracée par le fondateur. 
Objectifs :
– maîtrise complète des techniques de base et de leurs variantes,

– travail dynamique, le mouvement commence pendant la saisie, voire avant elle,

– capacité à susciter l’attaque d’uke, pour mieux la contrôler,

– compréhension des principes qui régissent les techniques,

– contrôle de la situation à tout moment de la prestation,

– adéquation du travail au partenaire et à la situation,

– sérénité du candidat,

– capacité à exprimer sa qualité de perception, son degré d’intégration et sa liberté de maniement des principes de la discipline.
A partir du 5ème DAN la maîtrise technique doit être complétée par une maîtrise au plan spirituel et surtout au plan du comportement général. Ces grades ne doivent pas être des honorifications de fin de carrière, mais ils doivent couronner un passé et un présent actif au profit de l’Aïkido, et en même temps rappeler les détenteurs à leurs obligations vis-à-vis de leurs élèves et de l’Aïkido en général.

L’attribution de ces grades supérieurs doit être fondée sur la vérification que le candidat a acquis une certaine liberté dans l’exécution de ses techniques, une expression plus personnelle, et qu’il se trouve en permanente recherche de la perfection, de l’harmonie et du sens profond de l’Aïkido.
GODAN – cinquième DAN
L’art respecte les principes et l’esprit, commençant à se dégager de la forme, le pratiquant ne reste plus prisonnier de l’aspect extérieur de la technique. De nouvelles solutions techniques apparaissent en fonction des situations
ROKUDAN – sixième DAN
La technique est brillante, le mouvement est fluide et puissant. Il doit s’imposer comme une évidence à celui qui le regarde. La puissance et la disponibilité physique comme la limpidité du mental s’unissent sans ambiguïté dans le mouvement et s’expriment aussi dans la vie quotidienne.
NANADAN – septième DAN
L’Etre se débarrasse de ses obscurcissements et apparaît sous sa vraie nature; il manifeste son vrai soi. Libre de tout attachement il éprouve la joie de vivre ici et maintenant.
RACHIDAN – huitième DAN
Au-delà de la vie et de la mort l’esprit clair est ouvert, capable d’unifier les contraires, sans ennemi, il ne se bat pas. Sans combat, sans ennemi, il est le vainqueur éternel. Sans entrave il est libre, libre dans sa liberté. O’Sensei disait « En face de l’ennemi il suffit que je me tienne debout sans rien.


Déposer votre demande de passage de grade